Questions-réponses sur le coaching

Le coaching

Issu du domaine sportif où il est désormais reconnu que la préparation mentale est un complément indispensable à la préparation physique, le coaching a peu à peu été introduit dans le monde de l’entreprise. Peut être parce qu’il est de plus en plus évident que tel le sportif de haut niveau, le chef d’entreprise qui réussit, ne se contente pas seulement d’investir dans la préparation physique de son entreprise. Il comprend que chacune des décisions qu’il prend ou ne prend pas peut être lourde de conséquences. Car là, l’inertie a parfois plus d’incidence sur la réalité que l’action.

Qu’est-ce que le coaching ?

Le coaching est une méthode d’accompagnement d’une personne ou  d’une équipe face au défi du changement. Le coaching met en présence un coach professionnel et un client pour une série d’entretiens intenses et confidentiels. Le coaching permet au client de révéler son potentiel de « champion » et d’atteindre des objectifs qu’il n’aurait sans doute pas pu accomplir seul.

Le coaching est un moyen exceptionnel offert à son (ses) bénéficiaire(s) de prise de recul et de développement professionnel. Il est un temps privilégié de recherche de performance au travers d’un développement de sa vision stratégique, de ses capacités professionnelles, de ses compétences, de ses comportements.

Est-ce que le coach fait en général partie de l’entreprise ?

A priori, c’est plutôt un coach qui vient de l’extérieur. Parce que cela demande une formation spécifique importante sur le plan de la communication, de la compréhension du changement, de la dynamique des groupes, des ressources humaines, de la psychologie.

Le fait d’être à l’extérieur permet souvent une lecture plus perspicace et plus indépendante des enjeux de l’entreprise.

Certaines grandes entreprises sur le plan national et international peuvent se  permettre d’avoir des coachs salariés qui accompagnent les membres de leur encadrement. Ce coaching interne présente certaines limites, sur le plan de la  neutralité, de l’indépendance et de la confidentialité.

D’où vient le coaching ?

Le coaching a été introduit en France au début des années « 90 ». Il vient des États-Unis où les entraineurs sportifs, en particulier des équipes de base-ball, de  basket-ball, de football américain, ont écrit des bouquins sur les succès qu’ils avaient  eu avec leurs équipes. Certains dirigeants d’entreprises se sont dit : « après tout, nous aussi nous travaillons avec des équipes, nous aussi nous avons des champions, nous aussi nous avons besoin de travailler sur le plan mental et émotionnel pour développer notre potentiel et gagner…».

Concrètement, quelles sont les modalités d’utilisation de ce coaching, au sein de l’entreprise, comment cela fonctionne sur le terrain ?

Majoritairement, ce sont des coachs externes qui interviennent et proposent un accompagnement pendant une durée contractualisée de quelques semaines à quelques mois, parfois plus. Il existe également du coaching interne dans les très grandes entreprises, les coachs sont alors salariés, par l’entreprise. Il existe enfin une forme de management qui utilise les outils du coaching et l’état d’esprit du coaching. Dans ce cas le manager, plutôt que d’imposer son point de vue et d’utiliser le pouvoir que lui donne sa position hiérarchique, peut décider d’aider ses  collaborateurs à trouver en eux ou à modéliser les solutions dont ils ont besoin pour être efficaces et réussir les missions qu’on leur confie. Lorsque l’entreprise possède la culture adéquate et qu’elle a déjà commencé à se dégager des méthodes paternalistes ou hiérarchiques traditionnelles, un management par le coaching peut être efficace et restaurer une meilleure ambiance de travail, plus d’implication dans les équipes.

Est-ce que cela signifie que dans une entreprise où le modèle paternaliste ou hiérarchique, pyramidal, est dominant, l’approche du coaching ne serait pas adaptée ?

Dans un système de pouvoir pyramidal, la démarche la plus sage consiste d’abord à ce que les dirigeants et les équipes de direction (codir) expérimentent pour eux l’utilité et les bienfaits du coaching. Cela entraîne le plus souvent une évolution de leur conception du leadership et du management et leur permet d’évaluer l’impact positif que peut apporter le coaching à leurs collaborateurs. Introduire le coaching à un niveau intermédiaire de l’entreprise sans impliquer ses dirigeants, risque de conduire à une incohérence en termes de valeurs, de communication, d’outils. Donc, même si cela prend un peu plus de temps, c’est une fois que les dirigeants d’entreprise ont fait cette démarche, se sont remis en question et qu’ils ont profité de la valeur du coaching, qu’ensuite ils peuvent le proposer de manière cohérente et crédible aux membres de l’organisation qu’ils dirigent.

Est-ce qu’en général les résultats sont à la hauteur des attentes et est-ce que le client qui entre dans cette démarche peut parfois réévaluer sa demande quand il prend conscience de ses véritables besoins ?

Sur le plan de la méthode, le coaching va s’articuler à partir de la demande spécifique du client. Donc, la première chose, c’est que le coach écoute bien le client et qu’il puisse identifier quelle est sa véritable demande. En cas de nécessité, les objectifs peuvent être revus en cours de processus.

Sur le plan du résultat, le coaching est très efficace, il permet d’atteindre des résultats objectifs (mesurables) et s’avère un investissement rentable. Comparé à la formation ou au conseil, le coaching est rentable parce que individualisé, spécifique, adapté au contexte, au terrain et au client. Il y a eu dans les pays anglo-saxons plusieurs analyses  de retour sur investissement qui montrent que le coaching est extrêmement rentable, au niveau du management, des cadres décideurs et des chefs d’entreprise.

Cependant, le coach ne peut pas avoir une obligation de résultat, puisque c’est le client qui fait l’essentiel du travail. De plus le coaching trouve sa justification dans le mesure où le client est gagnant sur plusieurs plans, sur le plan de la connaissance de lui-même, sur le plan d’un meilleur positionnement, sur le plan de meilleures relations avec son entourage, d’un meilleur équilibre de vie, sur le plan d’une capacité accrue à faire face aux défis futurs. Le coaching est un investissement rentable à court terme et à long terme.

Source revue “Management” juillet 2005

Comments are closed.