GLOSSAIRE

Les mots surlignés ouvrent sur d’autres ressources

Accompagnement

Mot très souvent utilisé pour définir la démarche de coaching.  Il évoque la relation paritaire que l’on peut avoir avec un compagnon ou un égal lors d’un déplacement ou d’un voyage partagé.  En coaching, il sert à illustrer que le coach avance à côté de son client plutôt que devant ou derrière.  Il illustre aussi que le client est capable de marcher tout seul, voire qu’il accompagne aussi son coach.  Le coaching n’est donc pas une relation d’aide mais de plutôt de compagnonnage où chacun des partenaires chemine tout seul et ensemble.

Par conséquent, le coach n’est pas un guide qui connaîtrait le chemin à suivre mieux que son client. Il veille surtout à ne pas se mettre sur sa trajectoire ni à la lui définir.

La valeur ajoutée d’un coach est apportée par sa simple qualité d’accompagnateur, voire de témoin, qui donne au client l’espace nécessaire à la définition de ses propres motivations, de ses propres objectifs et des moyens qu’il souhaite obtenir et mettre en œuvre pour les atteindre.

Approche systémique

S’intéresse à l’analyse du fonctionnement d’une organisation (système dans son ensemble) afin d’y introduire le changement. S’applique aux diverses stratégies mises en place ainsi qu’aux interactions, particulièrement celles qui concernent le(s) dirigeant(s) de l’entreprise. (voir aussi “Système” et “Systémique”)

Auto-organisation

C’est une tendance, tant au niveau des processus physiques ou des organismes vivants, que des systèmes sociaux, à s’organiser d’eux-mêmes.

Le terme auto-organisation fait référence à un processus dans lequel l’organisation interne d’un système, habituellement un système hors équilibre, augmente automatiquement sans être dirigée par une source extérieure. Typiquement, les systèmes auto-organisés ont des propriétés émergentes.

C’est dans le domaine de la physique que le terme apparait pour la première fois. L’auto-organisation est aussi présente en chimie où elle a souvent été synonyme d’auto-assemblage. Le concept d’auto-organisation est aussi central dans les systèmes biologiques, au niveau cellulaire ou social. On trouve aussi de nombreux exemples de phénomènes auto-organisés dans les sciences sociales, l’économie ou encore l’anthropologie.

Breakthrough

Mot anglais pour désigner une «percée », comme dans le cas d’une percée technologique ou d’une innovation exceptionnelle par son approche créative. En coaching, une démarche de « breakthrough » est une aventure consciente, volontaire et innovante qui consiste à aider le client à complètement changer de cadre de référence afin de se créer une nouvelle réalité. Cela permet de situer une ambition dans un nouveau contexte à la fois opérationnel et pratique ou résoudre autrement un problème dont on ne percevait pas d’issue satisfaisante.

EXEMPLE : En traversant le miroir, Alice ne perçoit plus sa propre projection, et a subitement accès à une réalité totalement différente.

Le coaching est naturellement une approche centrée sur le développement de performances exceptionnelles et donc une démarche de breakthrough. Il permet au client de formuler puis d’atteindre un objectif préalablement perçu comme inatteignable, afin de se surpasser.

Mises en œuvre au sein d’entreprises pour radicalement augmenter les ventes, améliorer la qualité, réduire les délais ou faire bondir les résultats financiers, il existe déjà depuis longtemps plusieurs stratégies et méthodologies pour accompagner des démarches de breakthrough (par exemple, l’approche BBZ ou « budget base zéro »).

Changement

Il est contenu dans tout système. Chacun d’entre nous est le changement. C’est un processus complexe et, dans ce sens, il ne peut être confondu avec l’idée de solution, de réponse immédiate à un problème donné. C’est un processus que chaque personne rechigne habituellement à affronter car il génère un lot d’incertitudes qui peuvent paraître insoutenables. Ainsi, dans toute demande de changement, existe une demande inconsciente de non changement.
Le bon sens populaire souligne : “On sait ce que l’on perd mais on ne sait pas ce que l’on va trouver”. Le changement est un processus c’est-à-dire, qu’il englobe tous les acteurs d’un système, sans exceptions, même et surtout ceux qui pensent en être exclus. Il est impossible de mener un changement en se pensant à l’extérieur du système (voir aussi Homéostasie).

Coach

Étymologiquement, le mot  « coach »  est un dérivé du mot hongrois  kocsi pour désigner une diligence. Kocs est une petite ville hongroise où furent construites au Moyen Age des diligences postales avec un système de suspension et de conduite innovant, solide et confortable. Coacher ou « coche » en français signifierait : conduire une personne du point où elle est au point où elle veut aller.

Plus communément, le terme est associé au milieu sportif et serai d’origine anglo-saxonne. « To coach » signifie en français : entraîner, préparer, accompagner, motiver.

Le Petit Larousse définit le mot coach comme « une personne qui entraîne une équipe, un sportif de haut niveau »  ou « un conseiller professionnel d’un salarié, dont il cherche à développer les performances ».

Coaching

Action de coacher ou pratique d’un coach. Il peut se traduire en français par le mot accompagnement.

Complexité

La complexité a été identifié comme la priorité numéro un pour les cadres de la comprendre et de la traiter.

Confidentialité

Savoir tenir sa langue, ou encore savoir ne pas faire l’intéressant en partageant avec autrui des informations qui sont issues d’une relation privilégiée avec une personne ou un système formel. Si la confidentialité est un indicateur de choix d’engagement envers une personne ou encore d’appartenance à un groupe ou à un système formel, elle représente souvent une règle du jeu de plus en plus difficile à tenir dans un environnement où la mobilité croissante et le manque de frontières formelles font que la fidélité à long terme s’amenuise.

Il est entendu qu’une personne ou un système partagera plus volontiers et spontanément des informations vitales avec des personnes et systèmes proches (ou moins proches afin de les intéresser), et beaucoup moins avec des étrangers (ou des personnes ou systèmes sans intérêt).

• EXEMPLES : le partage d’informations vitales avec des “étrangers” peut être passible de peine de mort pour espionnage en temps de guerre, ou de prison, pour délit d’initié, en temps de paix.

Il est entendu que la règle de confidentialité s’applique aux métiers de coach, de consultants, de médecins, et à toute personne impliquée au sein d’un système dont les informations vitales ne doivent pas être divulguées dans l’environnement, et à plus forte raison, auprès de la concurrence.

Confrontation

Se confronter, c’est créer un contexte où tout ce qui est pertinent peut être dit afin que la négociation au sens large, progresse. La condition essentielle pour que ce conteste puisse exister est tous les interlocuteurs soient en parité, ce qui ne signifie pas être à égalité.

Il n’est possible de se confronter que dans la parité. Les personnes qui n’en sont pas capables se situent constamment  dans une logique hiérarchique tout en prétendant – ou pensant – se mettre en parité. Elles restent en position dominante. “J.A. Malarewicz” (voir aussi Parité)

Écosystème

Désigne l’ensemble formé par une association ou communauté d’êtres vivants et son environnement. Les éléments constituant un écosystème développent un réseau d’échange d’énergie et de matière permettant le maintien et le développement de la vie. Au niveau des organisations, un écosystème peut se définir comme un « complexe dynamique composé d’individus agissant en interaction en tant qu’unité fonctionnelle ».

Un écosystème est naturellement équilibré : à chaque niveau, la biomasse est stabilisée grâce aux interactions avec les autres niveaux (auto-organisation).

L’écosystème est un système naturel qui tend à évoluer vers un état théorique stable, tout en étant capable d’évolution et d’adaptation au contexte.

Émergence

Apparition « naturelle » d’un phénomène imprévu ou non planifié, qu’il est toutefois nécessaire de savoir accueillir avec une certaine ouverture d’esprit. En approche système, il s’agit d’une stratégie qui repose sur la confiance en soi et en l’environnement, accompagnée d’une attitude de « lâcher prise », qui existerait en opposition à des stratégies plus volontaires. Par conséquent, une approche « émergente » est contraire ou opposée à un programme ou une planification qui reposerait plutôt sur une attitude de contrôle qui favoriserait une prévisibilité plus rassurante et souvent moins créative.

EXEMPLE: DICTON : « Saute, et le filet apparaîtra ».

Par le fait qu’elle repose sur une confiance absolue dans les capacités du client à se développer voire à se transformer, le coaching est une approche d’accompagnement qui par excellence privilégie des stratégies qui reposent sur la confiance en l’émergence de solutions qui n’apparaissent qu’après avoir entamé le parcours. Aussi, la stratégie qui consiste à cheminer en saisissant des solutions émergentes suppose que le coach ait confiance en lui-même, afin de ne pas projeter ses propres doutes sur les capacités de son client.

Hasard

Sorte de «concept poubelle» qui sert à classer sans trop de réflexion les phénomènes dont le sens profond nous échappe ou qui surtout pourraient nous déranger.

Homéostasie

(en cours)

Leadership

Mot formé à partir du mot leader “meneur” qui signifie direction, commandement, guidance, encadrement. L’essence du leadership est de modeler et de faire évoluer la façon dont les individus et les groupes abordent une situation puis y répondent.

Parité

Tout groupe humain à besoin de se donner des moments de parité où les différences s’effacent au profit d’une connivence parfaitement fonctionnelle. La parité ne doit pas se confondre avec l’égalité. L’égalité est structurale. Elle se fonde sur l’identité, la ressemblance. La parité ne va pas de soi. Elle suppose un cadre où les différences s’effacent au profit d’une connivence parfaitement fonctionnelle.  Les personnes qui se situent constamment dans une logique hiérarchique en pensant se mettre en parité, restent en position dominante. Il est facile de se rendre compte de l’impossibilité de se à confronter à elles. Un véritable échange, une vraie discussion ne peut donc se dérouler que dans la face-à-face, au même niveau et non dans le décalage que suppose la différence hiérarchique. “J.A. Malarewicz”.

Paradigme

Sorte de modèle cohérent avec notre vison du monde, une forme de rail de la pensée qui peut à un moment aussi faire obstacle à l’introduction de nouvelles solutions mieux adaptées.

Paradoxe

Un paradoxe est une déclaration qui semble contradictoire d’un certain point de vue, mais qui se dénoue dans un autre. C’est un procédé didactique qui marque bien la nécessité du changement de point de vue. Il n’est intelligible que si le destinataire veut bien admettre ou au moins considérer le second point de vue. La force du paradoxe réside dans sa capacité à ébranler les préjugés, les convictions, à faire vaciller les repères laissant ainsi la place à de nouvelles possibilités.

Perception

De toutes les illusions, la plus périlleuse consiste à penser qu’il n’existe qu’une seule réalité”  Paul Watzlawick.

La perception est un processus personnel. Une grande partie de ce qui détermine notre façon de percevoir, vient de ce que nous avons appris et nos sens sont limités. Aussi, allons-nous prêter attention aux stimulations qui nous intéressent et modeler nos comportements et nos idées à partir de ces sélections. Nous pouvons donc dire que nos perceptions sont souvent des projections de notre monde intérieur vers le monde extérieur.

Bien sûr, nous pensons que les autres se bâtissent un monde extérieur semblable au notre. Et souvent, cela se vérifie. Il nous faut quand même garder à l’esprit que nos perceptions ne sont rien d’autres que des théories et des hypothèses sur ce qu’est le monde et que les autres ont également leurs hypothèses.

Symptôme

Source d’inconfort, un symptôme est un indicateur d’une maladie ou d’un mal-être qui est souvent confondu avec la maladie elle-même, alors qu’il agit simplement à la façon d’un voyant lumineux qui indiquerait par exemple un niveau insuffisant d’huile dans un moteur. Dans une équipe ou une entreprise un symptôme serait par exemple un bouc émissaire qui permettrait de révéler un niveau insuffisant de la performance de l’ensemble.

Exemple: en entreprise, les rumeurs, le turnover du personnel, le vol, les pertes financières, la casse et la dégradation du matériel, l’absentéisme et les accidents, l’infidélité de la clientèle et le non respect des délais sont tous des symptômes identiques. Chacun pris individuellement peut susciter une panoplie de plans de redressement aussi ingénieux qu’ils sont inefficaces puisque aucun ne traite la « maladie » sous-jacente.

Au sein d’un même système, il apparaît souvent que les symptômes se conjuguent au pluriel et indiquent tous une dynamique commune. Dans l’exemple ci-dessus, tous les symptômes listés représentent l’équivalent d’une hémorragie. Le traitement ou l’élimination d’un symptôme en provoque souvent le déplacement. Cela équivaut à une thérapie de confort à court terme. Si celle-ci est quelquefois utile, elle permet souvent de faire diversion et d’éviter de traiter le problème de fond. Si la solution d’un problème réside ailleurs que dans le traitement des symptômes d’un système client, il est toutefois important pour le consultant ou coach de ne pas les disqualifier dans la mesure où ils constituent une façon créative d’exprimer un mal-être plus profond ou encore une véritable motivation de transformation.

Système

Un système est un ensemble d’éléments en interactions dans la poursuite d’un ou plusieurs objectifs. L’évolution des organisations (passage du modèle industriel où prévalaient les liens verticaux, hiérarchiques au modèle de l’entreprise de service ou prévalent les liens horizontaux) a complexifié les relations humaines dans l’entreprise et fonde par là même, l’approche systémique.

– “Le système est un ensemble d’unités en interrelations mutuelles.” (Von Bertalanffy).

– “Le système : un processus de rétroaction ayant une structure spécifique et ordonnée.” (Jay Forrester).

– “Un système est un ensemble d’éléments en interaction dynamique, organisés en fonction d’un but.” (Joël de Rosnay).

– “Un système est un objet qui, dans un environnement doté de finalités, exerce une activité et voit sa structure interne évoluer au fil du temps, sans qu’il perde pourtant son identité unique.” (Jean-Louis Le Moigne).

– “Ensemble d’unités en interrelations mutuelles.” (Jacques Lesourne).

– Un système est une unité globale organisée d’interrelation entre éléments, actions ou individus.” (Edgar Morin).

– Un système est un ensemble d’éléments corrélés et interactifs. (ISO 9000 : 2000).

Systémique

Qui se rapporte à « l’Approche Système », quelquefois appelée le « management de la complexité » issu des recherches en cybernétique.

Un système est un ensemble cohérent et organisé ou structuré avec un minimum de forme voire de formalisme.

Par exemple un système vivant telle qu’une entreprise manifeste :

• une frontière externe qui la différencie de son environnement, • au moins une frontière interne qui différencie différents organes, dont l’organe de décision, • un ou plusieurs objectifs statutaires qui déterminent sa fonction, ne serait-ce que de croître ou de survivre, • est naturellement capable de croissance voire de reproduction, • etc.

Au sein de nos entreprises, le premier niveau de système collectif humain et éventuellement le plus simple est celui de l’équipe. C’est au sein des équipes qu’il est le plus aisé d’étudier et éventuellement de modifier les interfaces interpersonnelles afin d’en augmenter la performance systémique. Au sein d’une équipe, une approche “systémique” consisterait à faire abstraction du profil intrinsèque de chacun de ses membres (ce que ferait une approche “psychologique” plus traditionnelle) pour plutôt comprendre et surtout modifier l’essentiel de ce qui se passe entre eux.

En mettant en évidence l’interdépendance des différents aspects des choses, le regard systémique génère une attitude de responsabilité.

Comments are closed.